GÉRARD COLLOMB, MICHEL LE FAOU

GÉRARD COLLOMB
Maire de Lyon

MICHEL LE FAOU
Adjoint au Maire de Lyon, délégué à l'aménagement, l'urbanisme, l'habitat et le logement

La Ville de Lyon rayonne aujourd’hui dans le monde entier par sa richesse patrimoniale. Notre territoire conjugue avec brio architecture, qualité, et diversité – les trésors historiques valorisés côtoyant les prouesses contemporaines.

Jean Renaudie définissait l’architecture comme ”la forme physique qui enveloppe la vie des hommes dans toute la complexité de leurs relations avec leur milieu”. Cette complexité est d’autant plus prégnante avec la métropolisation. Afin que ce processus continue d’agir comme un cercle vertueux, la Métropole de Lyon a fait le choix d’un développement urbain multipolaire, qui répond aux enjeux socio-environnementaux actuels, en favorisant la mixité (sociale, générationnelle, et des usages) et la ville des “courtes distances”, tout en structurant le territoire de manière équilibrée.

L’attractivité croissante de la Ville de Lyon induit des besoins accrus (en logements, en équipements, en espaces publics, en bureaux, etc.), mais la raréfaction du foncier a un impact sur les prix, notamment ceux des logements. Dans ce contexte, nous veillons scrupuleusement au maintien de la qualité, afin que l’architecture projetée et réalisée ne devienne pas la variable d’ajustement des projets urbains.

C’est pour cela qu’en tant qu’élus nous soutenons la formation et la profession. Qu’il s’agisse de construction nouvelle ou d’intervention sur l’existant, de patrimoine remarquable ou ordinaire, l’architecte doit conserver le rôle capital et spécifique qui est le sien. Grâce à une formation pointue et à son sens de l’innovation, l’architecte doit continuer à donner du sens et à faire bouger les lignes de la construction.

Je me réjouis donc qu’une mention “recherche” ait été créée au sein du Prix de la jeune architecture, car ce champ permet d’ouvrir des perspectives nouvelles et de faire des ponts, dans un domaine de formation caractérisé par sa dimension pluridisciplinaire.

La Ville de Lyon est le premier témoin de la pertinence des jeunes architectes locaux, à travers les projets développés sur le terrain, mais aussi à travers ce prix, remis pour la 18e année.

Ce prix, et ses différentes catégories, représente bien la palette des enjeux au cœur de la “fabrique de la ville”. Quant aux travaux des jeunes diplômés de l’ENSAL, ils traduisent leur passion pour la construction de la ville, à l’articulation des différentes politiques publiques.

À ce titre, je tiens à féliciter l’ensemble des étudiants de la promotion 2017-2018 pour leurs diplômes, avec une attention toute particulière aux lauréats du Prix de la jeune architecture de cette édition.

NATHALIE MEZUREUX

NATHALIE MEZUREUX
Directrice de l'ENSAL

Durant leur cinquième année d’études, les étudiants de l’École nationale supérieure d’architecture de Lyon - ENSAL préparent leur projet

de fin d’études - PFE conduisant au diplôme d’État d’Architecte. Ce travail important, qui prend la forme d’un véritable projet d’architecte,

est soutenu publiquement, et évalué par un jury composé d’enseignants-chercheurs issus de l’ENSAL, mais aussi d’autres ENSA et établissements

d’enseignement supérieur.

Le PFE est une véritable clé de voûte de la formation de l’architecte et constitue un temps fort essentiel pour l’étudiant devenant architecte. Il représente l’aboutissement et la formalisation des travaux théoriques et pratiques qui constituent le cœur de ce métier. Il nécessite pour ces raisons une prise de position personnelle, profonde et solide, qui marque en général la carrière de tout architecte. Couronnant les études de l’étudiant et révélant la personnalité de l’architecte qu’il devient, le PFE nécessite pour ces raisons un sujet librement défini et un accompagnement pédagogique à la fois appuyé et très ouvert.

L’ENSAL laisse donc à ses étudiants le choix de leur sujet de PFE et de leur directeur d’études. Sur des sites issus de leurs territoires

d’enfance ou de jeunes adultes qu’ils sont, les étudiants abordent avec leurs travaux de PFE une diversité de terrains, de situations, de

programmes et de questions architecturales, urbaines et paysagères.

Parmi les enseignants-chercheurs de l’ENSAL, une trentaine sont directeurs d’études de PFE, et majoritairement, des architectes en exercice.

L’accompagnement des travaux de PFE est une fonction exigeante, en raison précisément de la forte personnalisation des sites et des

sujets choisis par l’étudiant, et du rôle majeur de ce moment des études. Le résultat de cet engagement pédagogique est visible, depuis 18

années consécutives, dans l’album du Prix de la jeune architecture de la Ville de Lyon - PJA, et dans l’édition 2018 qui vous est ici présentée.

Afin de répondre aux enjeux et aux défis de notre temps, nous avons progressivement renforcé l’articulation de nos formations avec la

recherche architecturale. Et les étudiants pensent désormais davantage leurs travaux de recherche avec leurs projets d’architecture,

certains soutenant une mention-recherche avec leur PFE, atteignant ainsi une cohérence de plus en plus nécessaire entre leurs problématiques

personnelles, les enjeux sociétaux auxquelles elles répondent, et les projets architecturaux formulés.

Pour cette raison, l’édition 2018 du PJA a introduit une catégorie de prix pour la mention recherche des PFE. Cet album donne ainsi accès

aux contenus de recherche et donne à découvrir les aspects divers de la recherche architecturale qu’elle soit fondamentale ou appliquée.

Cette nouvelle catégorie a réjoui le jury du PJA.

À nos côtés depuis 18 ans, la Ville de Lyon a démontré son engagement en faveur de la création et de l’innovation l’architecturale, et soutient ouvertement la profession d’architecte, y compris dans ses activités prospectives. L’urbanisme lyonnais en témoigne, et les jeunes

architectes de Lyon en bénéficient, dès leur année de diplôme.

Aux lauréats du Prix de la jeune architecture 2018, comme à tous les architectes diplômés de la promotion 2018 de l’ENSAL, je déclare ma

grande fierté d’avoir accompagné leur formation, et j’adresse mes très chaleureuses félicitations.

Prix de la jeune architecture de la Ville de Lyon

PRIX DE LA JEUNE ARCHITECTURE DE LA VILLE DE LYON - édition 2017

Pour la 18e année consécutive, l’École nationale supérieure d’architecture de Lyon et la Ville de Lyon mettent en œuvre le Prix de la jeune

architecture. Ce prix récompense les projets de fin d’études des jeunes architectes de l’école. Cette année, une nouvelle catégorie était

proposée, la recherche, qui vise à distinguer les meilleurs mémoires de recherche.

En 2017, le prix s’est décliné de quatre manières :

• la remise officielle des Prix par Michel le Faou, adjoint au Maire de Lyon, délégué à l’aménagement, l’urbanisme, l’habitat et le logement dans les salons de l’Hôtel de Ville, le 7 mars 2019,

• l’exposition des projets sélectionnés à Archipel du 8 mars au 14 avril 2019,

• l’édition de tous les projets de fin d’études dans un ouvrage collector,

• leur mise en ligne sur un site internet dédié : http://pfe.lyon.archi.fr


Sélection

À la fin de la licence, les étudiants s’engagent dans un parcours approfondi. Ils se fabriquent une posture durant le cycle de master.

Structuré en quatre domaines d’études et reposant sur la spécialité et l’excellence des enseignants praticiens et chercheurs, le master est adossé aux axes scientifiques de l’ENSAL, développé dans les laboratoires MAP-Aria et LAURe.

architecture, héritage et durabilité - AHD sous la responsabilité de Philippe Dufieux et François Tran

architecture alternative, stratégies et pratiques émergentes - ALT sous la responsabilité de Gilles Desèvedavy et Sandra Fiori

architecture, métropoles, territoires habités - AMTH sous la responsabilité de Joan Casanelles et Marc Bigarnet

architecture et transitions éco-constructives - ATEC sous la responsabilité de Boris Roueff et Nadine Roudil

La promotion 2017-2018 a présenté 104 projets de fin d’études et 16 mentions recherche en juin 2018. Les étudiants retenus pour la participation au Prix - soit 12 projets de fin d’études et 3 mentions recherche - ont obtenu les meilleures notes dans leurs domaines d’études de master respectifs.

Les jeunes architectes sélectionnés ont présenté leur projet de fin d’études à un jury, composé d’architectes, de professionnels de la construction et de l’aménagement du cadre de vie. Présidé par Michel Le Faou, adjoint au Maire de Lyon, délégué à l’aménagement, l’urbanisme, l’habitat et le logement, le jury s’est tenu le 22 novembre 2018.


Catégories

Cinq prix sont décernés parmi les catégories suivantes :

• architecture, héritage et durabilité

• architecture alternative, stratégies et pratiques émergentes

• architecture, métropoles, territoires habités

• architecture et transitions éco-constructives

• recherche


Partenaires

Ce prix bénéficie du soutien de partenaires qui offrent leur collaboration : SPL Lyon Confluence, la SERL et la fédération des promoteurs

immobiliers région lyonnaise.

JURY

Jury présidé par Michel Le Faou

pja2018_jury_vp.jpg Membres du jury de gauche à droite) : Guillaume Ramillien, Nathalie Mezureux, Sébastien Sperto, Corinne Vezzoni, Massimo Crotti, Frédérique Martinent, Jacques Vergely, Philippe Layec, Anna-Andréa Obé-Gervais, Jean Laurens-Berge à l’Hôtel de Ville de Lyon, le 22 novembre 2018


Massimo Crotti

Architecte, Ph.D, il est professeur en Architecture et Projet Urbain au Dipartimento di Architettura e Design, et membre du Comité scientifique du IAM - Institut d’Architecture de la Montagne, au Politecnico di Torino. Il a été Maître assistant associé à l’ENSAL. Ses projets d’architecture ont été primés et publiés dans des revues de secteur. Ils ont été sélectionnés lors d’expositions d’architecture, parmi lesquelles celles du Pavillon italien Arcipelago Italia, à la 16e Exposition Internationale de l’Architecture de la Biennale de Venise 2018, et de la Medaglia d’Oro dell’Architettura italiana 2012 à la Triennale de Milan.

Jean Laurens-Berge

Architecte et urbaniste à Lyon, il est co-gérant de l’agence Insolites Architectures, créée en 2007 avec Jean-Philippe Monier. Il a suivi sa formation à l’ENSAL et à l’université Lumière Lyon 2. L’équipe d’Insolites Architectures, basée à Lyon et Bordeaux, compte une vingtaine de personnes et intervient dans le domaine du logement, des équipements publics, du tertiaire et de l’urbanisme opérationnel.

Philippe Layec

Ingénieur diplômé de l’École Centrale de Lille et titulaire d’un DESS administration des entreprises obtenu à l’IAE d’Aix-en-Provence ; il est administrateur de la chambre lyonnaise de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI). Il dirige depuis 12 ans SPIRIT Immobilier Rhône-Alpes, promoteur-constructeur dont le coeur de métier est le logement et les territoires d’action principaux sont la Métropole de Lyon et le sillon alpin. Il s’engage avec SPIRIT, mécène, auprès des jeunes, en soutenant l’AS Duchère et l’Institut Télémaque en tant que tuteur.

Michel Le Faou

Adjoint au Maire de Lyon, délégué à l’aménagement, l’urbanisme, l’habitat et le logement, il est aussi Vice-Président de la Métropole de Lyon, Président du Conseil d’architecture et d’urbanisme de Rhône Métropole et depuis avril 2014, de l’Agence d’urbanisme de l’agglomération lyonnaise.

Vincent Malfère

Âgé de 41 ans, il dirige le Groupe SERL depuis fin 2016. Il est diplômé de l’École Polytechnique et de l’École Nationale des Ponts et Chaussées. Débutant son parcours en Vendée puis à La Réunion, il a ensuite conseillé le Secrétaire d’État à l’Outre-Mer en matière de transports et d’énergie, avant de rejoindre la Préfecture de région Bretagne pour piloter le Contrat de Projets État-Région et les Fonds Européens et devenir Directeur général adjoint du Grand Port Maritime du Havre, aménageur d’une zone industrialo-portuaire de plus de 10 000 ha et 32 000 emplois.

Frédérique Martinent

Architecte et urbaniste de l’État, elle exerce depuis 2007 la fonction de directrice de l’aménagement urbain de la Ville de Lyon. Elle a auparavant travaillé au sein de l’Agence d’urbanisme de l’aire métropolitaine lyonnaise ainsi qu’à la Direction régionale de l’équipement Rhône-Alpes.

Anna-Andréa Obé-Gervais

Architecte diplômée de l’ENSAL, elle est lauréate du PJA 2017 avec le projet \\La Source
conçu avec Yuan-Mei Kan. Exposé à la biennale d’architecture de Lyon en 2017, La Source interroge l’usage de l’eau dans l’habitat au quotidien.

Guillaume Ramillien

Diplômé de l’ENSAL en 2006 et lauréat du PJA la même année, il fonde son agence à Paris en 2008 après avoir été lauréat du concours Europan. Les travaux de son atelier ont été gratifiés des Trophées Bois Ile-de-France, du Prix National de la Construction Bois, et nominés à l’Equerre d’Argent 2016 catégorie Première OEuvre. Guillaume Ramillien est lauréat des AJAP 2016. Parallèlement à son activité de praticien, il est depuis 2011 maître de conférences à l’ENSA Versailles, et dirige depuis 2014 “A.D l’architecture du désir”, un atelier de création de bijoux, outils et objets de collection.

Sébastien Sperto

Architecte DPLG et urbaniste, il a exercé en libéral et géré l’agence d’architecture et d’urbanisme Civita pendant près de quinze ans avant de devenir en 2009 directeur d’études en charge du département projets urbains à l’Agence d’urbanisme de l’aire métropolitaine lyonnaise. Par ailleurs, il dirige le Conseil d’architecture d’urbanisme et d’environnement de Rhône Métropole.

Jacques Vergely

Né le 6 mai 1941 à Nice, il est diplômé en 1967 de l’École Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris et diplômé la même année de l’Institut d’Urbanisme de l’Université de Paris. Il fonde avec René Gimbert, l’agence Gimbert et Vergely en 1968, transmise en 2008. Architecte de 22 stations du métro de Lyon, de l’Hôtel de la Métropole et de nombreux bâtiments publics et privés pour EDF, CNRS, Conseil Régional, Chambre de Commerce, Hewlett-Packard…

Corinne Vezzoni

Lauréate du prix Femme architecte 2015 et des Land Rover Born Awards France 2018, Corinne Vezzoni exerce en tant qu’architecte associée au sein de l’agence qu’elle a créée en 2000, avec Pascal Laporte et Maxime Claude. Elle enseigne à l’Université de Provence master aménagement et urbanisme et dans les écoles des Arts et Métiers et de Polytechnique Marseille Château-Gombert. Membre du Conseil économique et social de la région pour la section prospective et la section culture, elle s’est engagée dans la réflexion sur le projet métropolitain Aix-Marseille-Provence, au sein de l’équipe Devillers et associés.