Anaëlle Quillet

Corentin Robert

LAURÉATS DU PRIX DE LA JEUNE ARCHITECTURE DE LA VILLE DE LYON CATÉGORIE ARCHITECTURE ET TRANSITIONS ÉCO-CONSTRUCTIVES

atec_laureat_bf.jpg

CR \ J’ai choisi de faire archi pour l’imaginaire d’un univers qui touche à tout et le choix de devenir responsable dans nos sociétés mutantes. AQ \ En entrant à l’école d’architecture, je me suis orientée vers l’exercice d’un métier transdisciplinaire, qui allie technique et culture. Cinq ans après, j’envisage l’architecte comme le conteur de récits imprégnés de la culture des lieux, qui esquissent un cadre pour laisser libre cours aux histoires des vies qui traverseront les lieux imaginés, projetés et construits.

CR \ Les moments qui m’ont marqué à l’école sont le week-end d’intégration où j’ai rencontré “mon équipe” pour les 5 ans qui ont suivis ou le début d’une histoire d’amour avec l’associatif, la réalisation d’une installation pour la fête des lumières, là où le faire a pris tout son sens et enfin les REESAP#3, premier événement national que nous organisions à l’école. AQ \ Rythmées de voyages inoubliables, sur les routes d’Europe de l’Est, du Maroc, du Chili, du Canada… ces cinq années, autant en les murs de l’école qu’hors les murs ont été riches en émotions aux côtés de mes compagnons d’études et d’aventures, Corentin, Anouk, Clémence, Julie, Pénélope, Camille, Suzy, Pauline, Morgane, Ambrine, Fabien, Pascal, Orane, Anna… et tant d’autres belles rencontres.

CR \ Le projet de fin d’études m’a apporté la découverte d’un territoire singulier dans toute sa complexité et ses paradoxes et la naissance d’une passion pour les milieux humides, une expérience humaine et intellectuelle avec Nini, ma co-équipière et amie aussi précise que sensible. Il m’a permis la confrontation à un exercice complet allant de l’enquête de terrain, à l’élaboration d’un programme et d’une architecture en accord avec nos valeurs. AQ \ Le travail d’équipe comme j’ai pu l’expérimenter tout au long de mon master, fait naître une synergie incomparable. Ces rencontres m’ont permis d’affiner mon regard sur le monde et de préciser ce que je souhaitais y apporter, par une pratique raisonnée, à l’écoute de l’environnement qui imprègne les lieux habités. C’était une évidence de co-concevoir ce projet de fin d’études avec Corentin, ami et coéquipier, animé d’une énergie enthousiaste pour le projet et qui a su apporter sa sensibilité.

CR \ Mon projet professionnel est l’architecture avec le Collectif Archiland, le paysagisme avec la gestion des milieux humides et l’enseignement pour transmettre ce que j’aime. Le tout dans un cadre sain, épanouissant où les compétences de chacun sont valorisées. AQ \ En associant ma recherche sur les enveloppes réactives aux variations météorologiques à l’échelle du projet, j’ai pu composer ce sujet à l’échelle architecturale. Ce sont les premiers pas d’un parcours porté sur une architecture sensible au climat, que je poursuivrai dans mon double cursus architecte-ingénieur et l’exercice d’un métier transdisciplinaire, entre recherche et pratique.

CR \ Les études d’architecture sont denses. On peut se sentir submergé, c’est là qu’interviennent nos amis qui par leur simple sourire sur une mezza nous disent “la vie est dure, mais ça va”, ceux qui t’aideront à terminer ta maquette, t’accrocheront tes planches lors d’un rendu, ceux sans qui, une nuit en licence 2 j’aurais tout abandonné. Mais la densité est une richesse de rencontres humaines et professionnelles avec des enseignants ressources et inspirants tels que le trio vertueux Paul Vincent, Emmanuel Ritz, Estelle Morlé, notre duo accompagnants de PFE Sidonie Joly et Chantal Dugave. Je remercie l’école dans toute sa complexité, qui m’a offert un cadre épanouissant à la frontière entre aventures humaines et explosions de savoirs. Je remercie aussi Moune, ma mère qui m’a toujours dit de faire ce que je voulais tant que j’y allais pleinement. Paroles qu’il semblerait que j’ai respectées au trait près. AQ \ Prenantes et passionnantes, ces études nous engagent dans un monde en mutation, et nous poussent à évoluer en conséquence. Je remercie mes amis, mes parents et grands-parents, pour leur soutien et encouragements, avec une pensée particulière pour mon grand-père Claude, qui était fier de voir sa petite fille s’aventurer vers ce métier. En les murs de l’école, certaines rencontres ont certainement davantage marqué mon parcours, Marc Bigarnet, le trio Estelle Morle, Paul Vincent et Emmanuel Ritz portés vers une architecture vertueuse, Sidonie Joly, Hervé Lequay et Chantal Dugave, pour son regard attentionné et empli de poésie.

Voir le projet